«Ici, on fait de l’humanitaire.» En une phrase, Samir Kadoum, coordinateur des lieux, résume l’urgence de la situation. A Genève comme dans les autres cantons, l’accueil des réfugiés ukrainiens s’organise. Depuis vendredi, le temple de l’Armée du Salut, au cœur de la Vieille-Ville, a accueilli près de 90 personnes, principalement des familles. Certaines d’entre elles y ont passé la nuit, d’autres ont été redirigées vers des hôtels, en partenariat avec l’Hospice général. A travers les groupes de messagerie et le bouche-à-oreille, l’adresse du temple a rapidement circulé au sein de la communauté ukrainienne en exil.