La «nationalisation» de la H20 Le Locle-La Chaux-de-Fonds fait partie de l’adaptation du réseau des routes nationales que le Conseil fédéral présente au parlement. Le Conseil national se prononce le 31 mai.

Le Conseil fédéral propose de transformer 376 kilomètres de routes cantonales en routes nationales. Sont notamment incluses dans cette reprise la H21 Martigny-Grand-Saint-Bernard, la H6 Berne-Bienne, la H18 Delémont-Est-Hagnau et la H10 Thielle-Morat. Le gouvernement profite de l’occasion pour ériger au rang de routes nationales trois projets d’aménagements routiers importants: l’autoroute de l’Oberland zurichois et les contournements du Locle et de La Chaux-de-Fonds. Il saisit aussi l’occasion d’intégrer deux axes à réaliser: le nouvel évitement autoroutier de Morges et celui du Glattal, au nord de Zurich.

La vignetteà 70 ou 100 francs?

Ces opérations impliquent des coûts supplémentaires de 305 millions par an pour la Confédération. Celle-ci réduira de 30 millions les contributions versées aux cantons pour les routes principales. Et 275 millions sont censés provenir de la hausse du prix de la vignette autoroutière de 40 à 100 francs par an. Un premier obstacle s’est toutefois dressé sur sa route: la Commission des transports du Conseil national propose de se satisfaire d’un prix de 70 francs pour la vignette, ce qui réduit de moitié les moyens supplémentaires disponibles.

Cette décision augmente la pression sur les tronçons les plus ­controversés, en l’occurrence les évitements des deux cités neuchâteloises. La commission n’a pas proposé d’y renoncer. Mais l’Union suisse des arts et métiers (USAM) remet en question l’utilité de cet investissement de près d’un milliard de francs, tout comme certains représentants de la Métropole lémanique, qui estiment que la nouvelle traversée du lac à Genève, projet jugé insuffisamment avancé et identifié par l’Office fédéral des routes, devrait être prioritaire.

S’agissant du contournement de Morges, le financement est encore très incertain. Il se fera séparément. Les décisions à ce sujet ne seront pas prises avant une dizaine d’années, annonce le Conseil fédéral dans son message.