Mercredi, en milieu de matinée, 5000 m3 de roches, soit l’équivalent d’environ trois villas, ont dévalé la montagne au-dessus du village de Randa dans le Haut-Valais. Une quantité impressionnante de poussière s’en est dégagée mais personne n’a été blessé.

L’événement rappelle celui de 1991 dans le même village. Les éboulements avaient alors coupé la route, le chemin de fer ainsi que le cours de la Vièze. L’intervention de l’armée avait été nécessaire.

Le géologue cantonal valaisan, Raphaël Mayoraz, s’est rapidement rendu sur les lieux mercredi. Il décrypte les risques et les causes de ces événements spectaculaires.

Savez-vous déjà quelle est la cause de cet éboulement ?

De manière générale, c’est lié à l’érosion des Alpes. Au printemps, il y a une conjugaison de fonte des neiges et de fortes variations de température entre la journée et la nuit qui crée une pression sur les fissures de la roche. Cela en favorise les mouvements. Lundi, il y a eu un éboulement d’ampleur équivalente à Saas-Fee.

Ces événements ont-ils un lien avec la fonte du pergélisol ?

Non. A Saas-Fee, les blocs se détachent sous le pergélisol. A Randa, que nous connaissons bien pour y avoir fait de nombreux forages, il n’y a pas de sols gelés non plus.

Il y a déjà eu un éboulement très important à Randa en 1991. Était-ce pour les mêmes raisons ?

Probablement, mise à part que l’essentiel de la masse rocheuse instable est tombée en 1991. Nous avons eu d’autres éboulements à cet endroit ces dernières années. Ce sont les restes de l’événement d’il y a 24 ans. De ce fait, les risques qu’un événement de l’ampleur de celui de 1991 ne survienne à l’avenir paraissent très faibles. A titre de comparaison, ce sont entre 15 et 20 millions de m3 qui sont tombés en 1991.

Est-il nécessaire d’évacuer le village ?

Non, même en 1991 aucun bloc n’était arrivé à proximité des maisons. Aujourd’hui, l’éboulement s’est arrêté à un kilomètre des habitations. Mais nous intensifions les mesures pour prévenir tous les risques.

Avez-vous pu prévoir les événements de cette semaine ?

Celui de Saas-Fee était prévu à quelques heures près. Comme les éboulements menacent directement la route, nous y avons installé des appareils qui font des analyses en continu. Nous avons détecté des mouvements et avons fermé la route quelques heures avant que les roches tombent. A Randa, comme aucune infrastructure n’est directement menacée, nos appareils de mesure sont prévus pour détecter les événements de grande ampleur. Ce qui n’est pas le cas de celui d’aujourd’hui.