Aarau, la ville où la densification l’emporte

Urbanisme La capitale argovienneest lauréate du Prix Wakker 2014

Parcours au fil d’un développement«vers l’intérieur»

Densification, autrement dit: Verdichtung. «C’est un terme que nous n’utilisons pas volontiers», admet Felix Fuchs, l’urbaniste de la Ville d’Aarau. Le mot passe mal dans la population, qui l’associe à la dégradation de son cadre de vie, au Dichtestress si souvent évoqué dans la récente campagne «contre l’immigration de masse». Du coup, on préfère dire qu’on complète, qu’on augmente la ville.

C’est pourtant bien en récompense d’une densification «de qualité et au bon endroit» que la capitale argovienne a reçu cette année le Prix Wakker, qui lui sera remis officiellement le 28 juin par Patrimoine suisse. Les visites guidées et le circuit pédestre organisés par la Ville prêchent par l’exemple la cause d’un développement «vers l’intérieur», conformément aux consignes de l’aménagement du territoire plébiscitées par le peuple suisse le 3 mars 2013.

«Nous apprécions particulièrement la stratégie de densification différenciée d’Aarau, qui nous paraît novatrice en Suisse», explique Sabrina Németh, cheffe de projet pour le Prix Wakker à Patrimoine suisse. Le plan directeur de 2013, consacrant une politique municipale entamée il y a dix ans, distingue très nettement entre les «zones tranquilles», bleues sur la carte, dans lesquelles les interventions doivent en priorité préserver l’actuelle qualité de vie, et les «zones rouges» artisanales et industrielles, à restructurer en secteur d’habitat à forte densification.

Les zones tranquilles comprennent les quartiers résidentiels très étendus qu’on appelle à Aarau la ville-jardin. Loin d’être dénigrées comme gaspilleuses de terrain, comme elles peuvent l’être à Genève, ces zones de villas (fin XIXe – 1950) sont protégées comme un patrimoine important d’intérêt général. Des normes strictes doivent être respectées pour la forme des nouvelles constructions. Le rôle des aménagements extérieurs, des clôtures et des rues arborisées est également reconnu.

Des projets importants de construction sont prévus dans les zones en restructuration à proximité du centre. C’est là que la ville, qui compte 20 000 habitants, s’ouvrira pour l’essentiel à une nouvelle population, sans créer de nouvelles zones à bâtir. Une croissance modeste. «Nous voulons grandir, dit Felix Fuchs, et pour cela offrir des surfaces de logement. Mais nous n’avons pas fixé d’objectif chiffré en termes d’habitants ou de contribuables.» Aarau devrait rester l’une de ces localités, typiques du Plateau suisse, qui ont plus d’emplois que d’habitants.

Mais le secteur le plus dense d’Aarau restera toujours la vieille ville, un emplacement particulièrement apprécié comme c’est d’ailleurs souvent le cas. La densité y est supérieure à celle que l’on recense dans les quatre barres du Telli, une cité des années 1970 qui est à Aarau ce que le Lignon est à Genève. Libéré du trafic de transit en 2004, le noyau historique d’Aarau est aujourd’hui très léché. La remise en valeur du Stadtbach, un canal médiéval remis au jour sur une partie de son parcours, ou évoqué pour le reste par un filet d’eau en surface, a séduit Patrimoine suisse. Tout comme le nouveau marché couvert, en fait un lieu pour manifestations publiques, qui est venu remplir une lacune en pleine vieille ville.

«Le Prix Wakker, il doit y avoir dix ans qu’on l’a évoqué pour la première fois», se souvient Felix Fuchs, qui dirige depuis un quart de siècle le Service des constructions de la Ville. Encore fallait-il avoir quelque chose à montrer. Centrée à l’origine vers la seule protection du patrimoine, la récompense du Heimatschutz s’est orientée depuis vers des réalisations urbanistiques contemporaines et la qualité de l’espace public. Le Prix Wakker 2014 distingue spécifiquement 17 objets, entre rénovations et créations récentes, au cœur d’un espace urbain déjà bâti. Peut-être permettra-t-il de réconcilier dans l’esprit des Argoviens les notions de densification et de qualité de vie. Voire de renforcer à l’extérieur l’image de la ville: bien qu’ayant été une éphémère capitale du pays, du temps de la République helvétique (1798-1803), Aarau s’est pour beaucoup fondue depuis dans l’urbanisation du Plateau suisse.

Pour les visites guidées: www.aarau.ch

Le secteur le plus dense d’Aarau restera toujours la vieille ville, un emplacement recherché