La commission SOS prévention, créée en 2008 par Mgr Bernard Genoud pour recueillir des informations et des témoignages concernant des abus sexuels commis par des prêtres dans le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg, mettra fin à ses activités le 31 août.

Dans un communiqué envoyé aux médias vendredi, elle indique que Mgr Charles Morerod, le nouvel évêque du diocèse, lui a fait part de «son intention de modifier ses statuts, de l’élargir à d’autres membres, voire de lui donner un caractère interdiocésain». Les membres de la commission ont donc décidé «de ne pas prolonger leur activité et de laisser toute marge de manœuvre au nouvel évêque du diocèse dans la réorganisation qu’il entend mener ainsi que dans le choix des personnes et la définition de leur mission». L’ex-juge d’instruction Françoise Morvant, présidente de la commission, précise que ses cinq membres ne feront aucune déclaration ni ne répondront aux questions des médias.

La pression des victimes

Un sabordage? L’évêché ne semble pas avoir prévu la manœuvre. Contacté, il a fait savoir que tous les responsables étaient actuellement en vacances, et que personne ne pouvait commenter la dissolution de la commission.

Derrière la décision de cette dernière, il y a peut-être la pression des victimes d’abus. En mai, Mgr Charles Morerod avait reçu les membres du Groupe de soutien aux abusé-e-s par des prêtres de l’Eglise catholique (Sapec). Ce groupe, créé en décembre 2010 par des victimes de prêtres pédophiles, avait dans le collimateur la commission SOS prévention. Le Sapec l’accusait notamment d’inertie dans le traitement des dossiers.

A la suite de sa rencontre avec les membres du Sapec, Mgr Charles Morerod avait estimé qu’une révision des statuts de la commission s’imposait. Il avait invité le groupe à présenter des propositions concernant les domaines de la reconnaissance, de la réparation et de la prévention des abus. Le 21 mai, le Sapec avait envoyé un rapport de 15 pages aux évêques romands et à la Conférence des évêques suisses.