Le conducteur et le propriétaire du fourgon, dont les douze Portugais (neuf Fribourgeois et trois Vaudois) ont été tués lors d'une collision dans le centre de la France, ont été inculpés d'homicides et blessures involontaires aggravées. Le conducteur est un jeune homme de 19 ans. Son oncle, propriétaire du fourgon, circulait le jour de l'accident, en fin de semaine dernière, dans un autre véhicule et était ensuite revenu à pied sur le lieu du drame. 

Les deux hommes ont été incarcérés provisoirement, jusqu'à lundi. Ils ont demandé un délai pour préparer leur défense.  «Cette incarcération ne préjuge en rien de la décision ultérieure sur leur maintien en détention», a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Moulins, Pierre Gagnoud. «On est parti sur une enquête de longue haleine, qui va nécessiter des investigations à l'étranger», a-t-il précisé. 

Trou noir du conducteur

Le conducteur du fourgon «répond avec sincérité aux enquêteurs mais ne peut pas expliquer pour l'instant les circonstances de l'accident. Il a un trou noir. Il se souvient seulement du péage et des secouristes qui l'ont pris en charge», a indiqué son conseil, Me Antoine Jauvat.

«Profondément marqués», les deux hommes avaient des membres de leur famille parmi les victimes, selon leurs avocats. «C'est pour cette raison qu'ils ont souhaité mettre un terme à leurs jours et qu'ils ont ensuite été placés en psychiatrie» a ajouté l'avocat du propriétaire du véhicule, Me William Hillairaud. 

Les douze victimes, qui vivaient en Suisse et devaient se rendre dans leur pays pour Pâques, avaient pris place dans un fourgon faisant office de minibus lorsque ce dernier a dévié sa trajectoire et percuté de front un poids lourd.