En Suisse, on a l’habitude de voter sur tout et n’importe quoi, sur les grandes réformes sociales comme sur les cloches des vaches. On n’était en revanche pas habitué à s’exprimer sur les grands accords économiques. Il faudra sans doute se familiariser avec ce genre de scrutin également. Le résultat très étriqué de l’accord de libre-échange (ALE) entre les pays de l’AELE et l’Indonésie confirme que le commerce mondial est devenu un sujet de préoccupation pour la population suisse. Il s’inscrit dans le sillage de la votation de novembre sur les multinationales responsables.

Lire aussi: Comment éviter d’autres référendums