Depuis quelques jours, la rumeur enfle: Boris Johnson aurait mieux négocié avec l’UE que le Conseil fédéral. Selon cette perspective, le Royaume-Uni aurait réussi à éviter toute reprise de l’évolution du droit de l’UE, ceci en obtenant les mêmes avantages d’accès au marché intérieur de l’UE que la Suisse. Il serait même parvenu à empêcher d’octroyer le moindre rôle à la Cour de justice de l’UE.

Le premier ministre britannique se serait montré bien plus habile que les diplomates suisses. Par conséquent, il aurait ouvert la voie à une renégociation de l’accord-cadre institutionnel et même, pourquoi pas, de l’ensemble de la voie bilatérale entre la Suisse et l’UE. C’est la fameuse théorie du «chasse-neige» en action.