Ce devait être l’entrée en scène du débat sur la «violence» des zadistes, qui, lors de leur évacuation, ont toléré tous les modes d’action face aux forces de l’ordre, tout en se réclamant du pacifisme. Ce devait aussi être le moment où seraient mises en balance la brutalité du système et celle de la désobéissance civile.