Accusée de censure, l’UNIL annule une directive

Lausanne Règlement sur l’affichage contesté

Sous le feu des critiques, l’Université de Lausanne (UNIL) annule sa nouvelle directive sur l’affichage et les activités promotionnelles au sein du campus universitaire. «A l’évidence, les intentions de la direction ont été mal for­mulées et n’ont donc pas été comprises», écrit le recteur de l’Uni­versité, Dominique Arlettaz, dans un mail adressé lundi à tous les membres de la communauté universitaire.

Le syndicat des étudiants SUD, puis la Fédération des associations d’étudiants (FAE) et l’Association du corps intermédiaire et des doctorants de l’UNIL (Acidul) réclamaient «le retrait immédiat» du ­règlement entré en vigueur le 1er septembre 2014, jugé «disproportionné et contraire à la liberté d’expression» (LT du 24.10.2014). Ce texte exigeait une autorisation pour récolter des signatures, organiser une manifestation ou distribuer des tracts sur le campus.

Un «Comité pour la défense des libertés démocratiques à l’UNIL», composé d’une dizaine d’associations, avait lancé vendredi une pétition. Le texte, qui dénonce le «pouvoir discrétionnaire» de la directive, avait récolté quelque 429 signatures lundi au moment de l’annonce du rectorat. Le débat n’est pas clos, une rencontre est prévue le 10 novembre entre la direction de l’UNIL et les organisations concernées afin de trouver un terrain d’entente pour encadrer la communication sur le campus.