L’agent de sécurité, jugé en compagnie des deux malfrats qui avaient pillé une bijouterie genevoise, s’en sort avec les honneurs. Le Tribunal correctionnel estime que le vigile a fait tout juste. Il a riposté à un premier coup de feu, il devait de toute façon se défendre contre une attaque imminente et illicite, il a respecté le principe de proportionnalité, il savait manier son arme et il n’a pas visé les braqueurs. En un mot, ce quinquagénaire a «agi avec professionnalisme et humanisme», conclut le verdict d’acquittement.

Lire aussi: A Genève, la bijoutière, les malfrats et le vigile à la gâchette facile