Vendredi, à la veille du long week-end de Pentecôte, les douaniers syndiqués de l’Ain et de la Haute-Savoie vont reprendre, une journée durant, les contrôles systématiques des véhicules entrant en France, comme c’était le cas avant l’entrée de la Suisse dans l’espace Schengen. Pour protester contre des mesures d’économies envisagées par le gouvernement français, l’intersyndicale organise entre 7 heures et 18 heures, une opération de blocage de la frontière répondant au nom de code du «Jour le plus long».

Annoncée par le quotidien français Le Messager, l’information a été confirmée au Temps par Alain Court, délégué intersyndical de FO Douane. «On est à bout, lance le syndicaliste de Force ouvrière. Depuis 20 ans, les douaniers français ont fait beaucoup d’efforts. De nouvelles réductions d’effectifs nous sont demandées dans le cadre du projet stratégique Douane 2018, nous nous y opposons depuis des mois.» Selon Alain Court, les douaniers qui surveillent la région lémanique étaient 900 en 2000, ils sont actuellement 420 sur un effectif de 16 800 personnes sur l’ensemble du territoire français.

Les réfractaires n’ont pas choisi leur date au hasard: en tentant de paralyser la frontière à la veille de Pentecôte, ils entendent faire pression sur leur hiérarchie, les pouvoirs publics et le ministre des Finances, Michel Sapin, duquel ils dépendent, avant d’importantes réunions pour finaliser le projet, prévues mardi 10 juin à Paris.

Les automobilistes qui quitteront le Chablais ou Genève en direction de la Haute-Savoie et de l’Ain peuvent s’attendre à des files d’attentes et à des bouchons. Les gabelous vont pratiquer «une application stricte des règlements», explique Alain Court, autrement dit, stopper chaque conducteur pour lui poser la question rituelle: «Avez-vous quelque chose à déclarer?» Ce n’est plus le cas depuis 2008: après l’entrée de la Suisse dans l’espace Schengen, les contrôles des personnes ne sont plus systématiques, mais effectués de manière inopinée. Tous les postes de douanes ne sont plus surveillés, à l’exception des passages principaux comme Bardonnex, sur l’autoroute en direction d’Annecy, Lyon et Paris ou Thônex-Vallard, en direction d’Annecy, de Chamonix et des stations de ski.

Selon le projet stratégique d’adaptation et de modernisation des douanes, qui précise les missions des gardes-frontière, «la lutte contre la fraude et la criminalité organisée» est devenue «une priorité d’action pour la douane», il s’agit en particulier de déjouer «les nouvelles formes de trafics» en matière de stupéfiants, de tabacs, de contrefaçons, d’armes ou de marchandises dangereuses.