A la veille de l’ouverture des Jeux olympiques d’hiver, une manifestation pro Tibet, organisée par la communauté tibétaine de Suisse et du Liechtenstein, s’est déroulée jeudi à Lausanne pour dénoncer la politique chinoise en matière de droits humains.

Quelque 300 militants pro tibétains se sont rassemblés devant le siège du Comité international olympique (CIO) pour protester contre les Jeux olympiques à Pékin qui débutent vendredi. Ils ont ensuite défilé jusqu’au Musée olympique. Les participants, la plupart en costumes traditionnels, étaient issus des communautés tibétaines d’une dizaine de pays européens différents, selon les organisateurs.

Loten Namling, musicien tibétain et engagé pour le Tibet a marché de Berne jusqu’au siège du CIO à Lausanne, portant des skis, des chaussures de ski et traînant le drapeau du Tibet sur son dos. Par cette action, Loten Namling souhaitait attirer l’attention des athlètes en Suisse sur le régime autoritaire du gouvernement communiste chinois au Tibet.

Plusieurs manifestations

Les militants tibétains se sont fortement mobilisés ces derniers mois. La police a dû intervenir le 11 décembre 2021, suite à une nouvelle manifestation visant à dénoncer la politique chinoise au Tibet. Certains activistes s’étaient enchaînés dans l’entrée menant au CIO et aux anneaux olympiques devant le bâtiment.

Lire aussi: En Chine, des Jeux sans tambour ni public

Pour dénoncer la tenue des JO à Pékin, une autre manifestation pro Tibet s’est déroulée à Olympie lors de l’allumage de la flamme olympique le 18 octobre 2021. La cérémonie, qui avait lieu à huis clos en raison de la pandémie, avait été marquée par l’irruption de militants tibétains. D’autres avaient été arrêtés la veille à Athènes alors qu’ils brandissaient un drapeau du Tibet sur l’Acropole

Les appels au boycott des Jeux de Pékin et les protestations autour de la question des droits de l’homme en Chine, notamment concernant la minorité ouïghoure mais aussi à Hong Kong et au Tibet, se sont multipliés ces derniers mois et deviennent de plus en plus retentissants à l’approche du coup d’envoi des Jeux olympiques. La Chine quant à elle dénonce une politisation de l’événement sportif.

Lire encore: Ralph Weber, chercheur suisse tourmenté par la Chine