post-nucléaire

Adèle Thorens: «Le plus efficace, c’est le négawatt»

Coprésidente des Verts, Adèle Thorens plaide pour un virage rapide

Le Temps: L’initiative populaire des Verts veut fermer les centrales d’ici à 2029. Dix-huit mois après la décision du Conseil fédéral, jugez-vous ce calendrier réaliste?

Adèle Thorens: Oui. Doris Leuthard ne fixera pas de date butoir pour sortir du nucléaire. Notre initiative est donc nécessaire.

– Le scénario de substitution repose largement sur les économies d’énergie. A combien estimez-vous le potentiel d’économie?

– Il est énorme, il y a beaucoup de gaspillage. Mais des mesures incitatives fortes sont indispensables. Les Verts ont élaboré deux scénarios. Le premier prévoit une consommation électrique stable. Le second table sur une légère croissance de la demande. A cause du développement de l’électromobilité et des pompes à chaleur, aucun de nos scénarios ne prévoit de diminution de la consommation. L’efficience et les économies d’énergie sont donc la clé du tournant énergétique.

– L’objectif visé est de faire passer les énergies renouvelables de moins de 1% à 30% de la production d’électricité. Est-ce réaliste?

– Absolument. Plusieurs instruments permettront d’atteindre et même de dépasser cet objectif, notamment l’augmentation de la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC), qui encourage la production de courant vert.

– Quelle est l’énergie de substitution qui offre le plus large potentiel?

– Le «négawatt», soit le kilowatt qu’on ne consomme pas. Après, c’est clairement le solaire.

– Faudra-t-il des centrales à gaz?

– On n’en aura pas besoin si l’on soutient de manière crédible l’efficacité énergétique et les renouvelables. La sortie du nucléaire ne doit pas péjorer notre politique climatique. En dernier recours, nous pencherions pour des systèmes de cogénération décentralisés au lieu de centrales comme Chavalon.

– Pourriez-vous accepter que l’on restreigne le droit d’opposition aux éoliennes ou aux barrages?

– Nous sommes d’accord de simplifier les procédures pour la pose de panneaux solaires. Pour l’éolien, il faut rester prudents. Nous en avons besoin si nous ne voulons pas de centrales à gaz. Si les projets sont bien négociés avec la population, on a de bons résultats. Mais je reste attachée aux droits démocratiques.

– Le Conseil fédéral songe à une taxe d’incitation sur l’énergie.

– La fiscalité écologique est indispensable. Le but n’est pas de punir, mais d’encourager de nouvelles technologies et des changements de comportement. En 2050, les voitures utiliseront moins d’énergie: une essence plus chère ne doit donc pas effrayer les gens, puisqu’ils en consommeront moins.

– Ne court-on pas le risque de pénaliser l’industrie qui consomme beaucoup d’électricité?

– La taxe CO2 sur le mazout prévoit des exemptions pour les gros consommateurs. Il faut s’en inspirer pour la réforme fiscale écologique.

Publicité