Décidément, ils n’ont pas froid aux yeux. Des opposants à l’initiative «Pour la protection face à la violence des armes» ne trouvent rien de mieux que de s’appuyer sur les dires d’Adolphe (sic) Hitler pour alimenter leur argumentaire et comparer les idées des initiants à celles du Führer. Il s’agit du comité «La vérité sur les armes». Il se dit composé d’«honnêtes citoyens, de femmes et d’hommes qui veulent protéger leur famille» ou de collectionneurs. Mais il est surtout soutenu par ProTell, le principal lobby pro-armes.

Ainsi donc, sur son site le comité a une rubrique «citations». On y trouve, pêle-mêle, l’article 3 de la Déclaration universelle des droits de l’homme («Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne»), un extrait de l’Evangile de Luc («Que celui qui n’a point d’épée vende son manteau et en achète une») ou encore les propos d’un officier russe d’un roman de Tom Clancy, qui qualifie tous les politiciens de «communistes, plus intéressés par le paraître que par la réalité». Mais aussi Adolf Hitler et la phrase: «La plus stupide erreur que nous pourrions commettre serait d’autoriser les races soumises à posséder des armes. L’histoire démontre que tous les conquérants qui ont permis aux races soumises à porter les armes ont préparé de la sorte leur propre chute.»

Cette phrase ambiguë, tirée de l’ouvrage Hitler’s secret conversations (1961), se trouve aussi sur le site de swissguns.ch. Le Führer y a même droit à sa photo, à côté de celles de Joseph Staline et de Saddam Hussein, et le slogan, moqueur: «Les experts sont d’accord, le contrôle des armes, ça marche!» Le journaliste Frank Leutenegger, un des modérateurs du site, juge la citation «appropriée». «De même que le dictateur ne voulait pas entendre parler d’armes aux mains des peuples soumis, je suis persuadé que ce que cherche une partie de la classe politique est de soumettre le peuple suisse», commente-t-il. Pas sûr que les passionnés d’armes fassent avancer leur cause avec ce genre de comparaison douteuse…