C’est un revers pour le Conseil d’Etat genevois. Alors qu’il avait démis la présidente de l’Aéroport international de Genève (AIG), Corine Moinat, de ses fonctions, pour «rupture du lien de confiance», la justice vient corriger le gouvernement, révèle vendredi Jérémy Seydoux de Léman Bleu. Corine Moinat retrouve son poste et ses fonctions, a tranché la Chambre administrative de la Cour de justice en annulant l’arrêté du Conseil d’Etat.

Dans sa décision, la justice écrit que «la loi ne prévoit pas de changement de présidence en cas de rupture du lien de confiance», relate notre confrère. Le gouvernement n’aurait donc pas la possibilité de faire et de défaire des présidences en s’appuyant sur son pouvoir de surveillance. «Je suis très heureuse que le tribunal administratif veille à ce que la loi sur les institutions publiques soit correctement appliquée. C’est très rassurant que le Conseil d’Etat ne puisse s’immiscer à sa guise. A titre personnel, je me réjouis de retrouver mes fonctions et d’œuvrer pour l’aéroport jusqu’à la fin de mon mandat.» Celui-ci s’achèvera à fin novembre 2023. Ce pourrait ne pas être de tout repos.

Lire aussi: Corine Moinat ne pourra pas continuer à présider Genève Aéroport

Un désaveu pour le gouvernement

Débarquée par le Conseil d’Etat sans que le gouvernement détaille les raisons précises de cette affaire, Corine Moinat avait essuyé un premier échec en demandant l’effet suspensif, qu’elle n’avait pas obtenu en mars dernier. Apparemment, il y avait incompatibilité d’humeur entre elle et le ministre de tutelle, Serge Dal Busco.

Lire aussi: Corine Moinat déterminée à ne pas se laisser faire

Désormais, le Conseil d'Etat pourrait faire recours. Ce serait alors au Tribunal fédéral de trancher. Reste que c’est un désaveu, à ce stade, pour le gouvernement. Contacté, Serge Dal Busco préfère ne pas faire de commentaire à ce titre. Sollicité, le Conseil d’Etat répond officiellement «prendre acte de la décision de la Chambre administrative de la Cour de justice concernant le recours de Madame Corine Moinat. Il procède actuellement à l’analyse de cet arrêt» et ne souhaite pas commenter plus avant. Tout en rappelant qu’il a «toujours placé la sauvegarde des intérêts de l’aéroport au cœur de son action».

Lire aussi: Le Conseil d’Etat genevois justifie l’éviction de Corine Moinat par une «rupture du lien de confiance»