marché de l’art

Affaire Bouvier contre Rybolovlev: tout comprendre si vous avez raté le début

Le plus grand transporteur d’art de la planète est accusé d’escroquerie par l’un des plus grands collectionneurs de tableaux du monde. Résumé de ce conflit spectaculaire

Le 25 février 2015, le Genevois Yves Bouvier, l’un des plus grands transporteurs d’art du monde, a été arrêté à Monaco. Libéré après trois jours de garde à vue, il est mis en examen pour «escroquerie» et «complicité de blanchiment» dans la Principauté. L’un de ses plus gros clients, l’oligarque russe Dmitri Rybolovlev, patron du club de football de Monaco, l’accuse d’avoir prélevé des marges beaucoup trop élevées sur les tableaux qu’il lui vendait.

 

 

 

■ Pourquoi l’affaire est-elle importante?

 

 

 

 

A la tête de son entreprise Natural Le Coultre, Yves Bouvier occupe une position centrale sur le marché mondial de l’art, en pleine expansion. Les ventes d’oeuvres mises aux enchères publiques ont dépassé 15 milliards de dollars en 2014, en hausse de 26% sur un an, selon les experts d’Artprice.

En dix ans, Yves Bouvier a vendu à Dmitri Rybolovlev 40 tableaux d’exception pour près de deux milliards de dollars. Parmi ces oeuvres, le Salvator Mundi de Léonard de Vinci, un superbe tableau du Christ-Roi payé 127,5 millions de dollars par Dmitri Rybolovlev. Yves Bouvier l’avait auparavant acheté à New York pour 75 à 80 millions de dollars. Son profit sur cette seule transaction est donc de 50 millions de dollars environ.

Ce chiffre montre l’énormité des sommes qui circulent sur le marché de l’art. C’est parce qu’elle éclaire cet univers jusqu’ici opaque que l’affaire provoque autant d’intérêt.

 

 

 

 

■ Qui est Yves Bouvier et que sont les Ports-Francs ?

 

 

 

 

Né en 1963, Yves Bouvier a pris les commandes de Natural le Coultre en 1997. A l’origine, il s’agit d’une entreprise de transport et de déménagement, que la famille d’Yves Bouvier contrôle depuis 1983. Il en a fait le spécialiste mondial de l’entreposage d’oeuvres d’art. Et le plus gros locataire de Ports-Francs de Genève (ici en photo), vaste entrepôt où les oeuvres peuvent être mises à l’abri, sans payer de taxes ou de droits de douanes.

Ces dernières années, Yves Bouvier a aussi ouvert des ports-francs à Singapour, au Luxembourg et en Chine. Sa fortune personnelle est estimée à 300 ou 400 millions de francs selon le magazine Bilan.

Mais Yves Bouvier - et presque personne ne le savait avant son arrestation à Monaco - est aussi devenu un très important marchand d’oeuvres d’art, pour son propre compte. Sa position à la tête de natural Le Coultre lui donne quantités d’informations confidentielles sur la circulation et le prix des oeuvres. Ce qui a fait surgir l’accusation de conflit d’intérêt: en tant que transporteur, Yves Bouvier ne devrait pas concurrencer ses clients en vendant et achetant lui-même des tableaux, a par exemple déclaré le marchand Pierre Huber dans la Tribune de Genève.

 

 

 

 

■ Qui est Dmitri Rybolovlev, milliardaire russe amateur d’art et patron de l’AS Monaco?

 

 

 

 

Milliardaire russe de 48 ans, Dmitri Rybolovlev a fait fortune en exploitant et modernisant des mines de potasse de l’Oural, utilisées pour la production d’engrais. Il a vendu son entreprise après l’avoir introduite en bourse à Londres, un coup de génie qui lui aurait rapporté au moins 6,5 milliards de dollars.

Depuis dix ans, il collectionne des tableaux, à travers des trusts dont ses filles sont bénéficiaires. Son sens esthétique est paraît-il très sûr. Les 40 oeuvres qu’il a achetées travers Yves Bouvier sont toutes de premier plan, à l’image de sa dernière acquisition, le Rothko N° 6 (Violet, Green and Red), considéré comme l’un des plus beaux de l’artiste américain.

La toile résume à elle seule le conflit entre Dmitry Rybolovlev et Yves Bouvier. Achetée par le Genevois pour 80 millions de dollars à une famille française, elle devait être revendue 140 millions de dollars au Russe. Ce dernier a trouvé la facture un peu lourde: il estime qu’Yves Bouvier n’avait droit qu’à une commission de 2% pour ses services d’intermédiaire. Yves Bouvier, lui, juge qu’il agissait en marchand d’art et que sa plus-value était légitime.

Outre l’art, Dmitri Rybolovlev est aussi président de l’AS Monaco, le club de football de la principauté. Il a quitté Genève en 2011, notamment en raison de la procédure de divorce déclenchée par sa femme Elena. Un tribunal genevois a octroyé à celle-ci la moitié de sa fortune, soit quelque quatre milliards de francs, mais l’affaire est encore pendante en appel.

 

 

 

■ Comment l’affaire va-t-elle se terminer?

Pour l’instant, les deux parties sont en pleine guerre juridique. Le camp Rybolovlev estime les plus-values indues amassées par Yves Bouvier à quelque 500 millions de dollars. Il a fait bloquer ses avoirs à Singapour et à Hong-Kong. Le Genevois a fait partiellement lever ce blocage à Singapour. Un enjeu immédiat est la possession du Rothko N°6 (Violet, Green and Red): les avocats du milliardaire russe veulent sa restitution, Yves Bouvier exige le paiement du solde qui lui serait dû - quelque 60 millions de dollars.

A terme, on pourrait s’acheminer vers un procès pénal à Monaco, où la justice enquête contre Yves Bouvier. Si procès il y a, le Genevois acceptera-t-il d’y assister dans la Principauté, où Dmitri Rybolovlev est puissant? Ou les deux parties accepteront-elles de s’entendre avant, pour mettre fin à leur bras de fer? L’affaire, en tout cas, promet de nouveaux rebondissements.

Photos: LAIF, Keystone et Eddy Mottaz

Publicité