Il pleut à verse sur le Tribunal cantonal de Lausanne. A son arrivée, Lionel Girardin utilise son parapluie pour se cacher d’un photographe. L’ancien municipal de Vevey est nerveux, apparaît meurtri. L’enjeu pour lui est crucial. Ce mercredi, les juges se penchent sur la condamnation de l’ex-socialiste, le 4 mai, à 12 mois de prison avec sursis pour gestion déloyale des intérêts publics. Durant l’audience, les points de vue demeureront divergents. L’avocat du prévenu va une nouvelle fois plaider l’acquittement, alors que le Ministère public requerra, au contraire, une aggravation de la peine, de 12 à 14 mois de détention, toujours avec sursis.