Le 9 mai dernier, le juge du district de Sion, Lionel Henriot, avait prononcé des mesures superprovisionnelles à la demande de l’encaveur Dominique Giroud, interdisant de manière urgente la diffusion de deux reportages de la RTS. Mercredi, le juge a levé ces mesures. «Dominique Giroud et Giroud Vins SA disposent désormais d’un délai de dix jours pour interjeter appel contre cette décision auprès du Tribunal cantonal du valais», précise le communiqué. Un appel qui pourrait permettre le retrait des reportages, s’ils ont été diffusés dans l’intervalle, mais cette possibilité de recours n’empêche pas la diffusion des sujets. Ils sont visibles sur cette page du site de la RTS.

La première décision du juge avait suscité beaucoup d’incompréhension parmi les journalistes, mais aussi de la population valaisanne qui parlait de censure. Aujourd’hui, Lionel Henriot explique que la RTS avait été «expressément invitée à remettre les reportages pour visionnement», au moment de la décision du 9 mai. «Le cas échéant, la décision pouvait être revue, voire annulée, avant le 12 mai », date prévue pour la diffusion des sujets. «La RTS n’a pas saisi cette opportunité», explique-t-il. Il avait décidé d’interdire provisoirement la décision conformément à la demande de Dominique Giroud «vu le faible temps à disposition et la nécessité d’une prise de décision urgente», écrit-il encore.