Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L'avocat et politicien UDC Hermann Lei, le 30 mars 2016.
© WALTER BIERI

Justice

Affaire Hildebrand: deux prévenus reconnus coupables de violation du secret bancaire

L'ancien informaticien de la banque Sarasin et l'avocat et politicien UDC Hermann Lei écopent de peines avec sursis

Le tribunal de district de Zurich a reconnu l'ex-informaticien de la banque Sarasin à l'origine de l'affaire Hildebrand, coupable de violation du secret bancaire. L'avocat et politicien UDC Hermann Lei est condamné pour complicité. Ils écopent de peines avec sursis.

Lire aussi:  Début du procès de l'affaire Hildebrand

Le juge zurichois a prononcé mercredi une peine de 45 jours-amende à 30 francs contre l'ancien banquier. Hermann Lei se voit lui infliger une peine de 120 jours-amende à 340 francs. Ils peuvent encore faire appel. Si l'informaticien écope d'une peine plus clémente, c'est parce qu'il n'a agi que pour des motifs idéaux, a expliqué le juge. Hermann Lei, quant à lui, espérait en plus faire avancer sa carrière politique.

Le Ministère public avait requis 12 mois de prison avec sursis pour l'informaticien et 150 jours-amendes avec sursis contre Hermann Lei, lors des audiences qui ont eu lieu il y a deux semaines. Les deux prévenus avaient demandé l'acquittement.

Pour le juge, les deux hommes auraient pu recourir à d'autres instances pour sonner l'alarme. L'informaticien aurait dû s'adresser à des services internes de la banque et M. Lei a l'autorité de surveillance de la Banque nationale suisse (BNS).

L'informaticien était accusé d'avoir copié des données bancaires de l'ex-président de la BNS Philipp Hildebrand. Hermann Lei comparaissait pour les avoir transmises à Christoph Blocher. Les révélations avaient coûté son poste à Philipp Hildebrand.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a