Genève

Affaire Maudet: les relations avec le pouvoir judiciaire sont confiées à Mauro Poggia

Le Conseil d’Etat genevois se réorganise provisoirement, a annoncé Antonio Hodgers ce mercredi. Pierre Maudet perd certaines prérogatives le temps de l’enquête

Conférence de presse exceptionnelle ce mercredi à l’Hôtel de Ville de Genève. Réuni au complet, le Conseil d’Etat a annoncé trois mesures de réorganisations provisoires en réaction à l’affaire Maudet.

D’une part, les relations avec le pouvoir judiciaire et le Département de la sécurité (DS) sont confiées à Mauro Poggia. Ce dernier devient également le supérieur hiérarchique de la cheffe de la police Monica Bonfanti en ce qui concerne l’Inspection générale des services (IGS). Pierre Maudet reste cependant chargé de la police.

Lire à ce sujet: Entre Olivier Jornot et Pierre Maudet, les rapports se compliquent

D’autre part, certaines fonctions du Département présidentiel (PRE) sont provisoirement confiées au vice-président Antonio Hodgers: «Les prérogatives de la présidence du Conseil d’Etat en matière de représentation extérieure du collège, de représentation à l’égard du Grand Conseil, de préparation et de présidence des séances du collège gouvernemental sont provisoirement confiées à la vice-présidence du Conseil d’Etat», précise un communiqué du gouvernement genevois.

En revanche, Pierre Maudet poursuit les autres activités du Département présidentiel: surveillance des communes, Genève internationale, affaires extérieures et affaires économiques.

La réorganisation est entrée en force ce mercredi matin. Les discussions à son sujet ont donc été faites sous la présidence de Pierre Maudet, comme l’a précisé Antonio Hodgers.

Pas d’annonce de démission

Ces mesures visent à garantir «une sérénité, une stabilité et une crédibilité de nature à assurer le bon fonctionnement des institutions», a relevé Antonio Hodgers, qui a communiqué cette réorganisation à 14h15. «Il ne nous appartient pas de faire le procès de M. Maudet», a précisé le vice-président du Conseil d’Etat.

Le point de presse était très attendu en raison de la potentielle démission de Pierre Maudet. Interrogé sur sa décision de rester au gouvernement, ce dernier est resté évasif: «Les réflexions du Conseil d’Etat lui appartiennent. La conclusion à laquelle nous sommes parvenus est que cette solution [d’une réorganisation provisoire] était la meilleure.»

Publicité