Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les photos des suspects diffusées par Scotland Yard.

Espionnage

Affaire Skripal: les séjours genevois des suspects russes

Deux hommes, présentés par Londres comme des agents du renseignement militaire russe, auraient effectué six voyages en Suisse durant les mois qui ont précédé l’opération d’empoisonnement au gaz toxique

Genève, nid d’espions? La Cité de Calvin apparaît désormais dans la délicate affaire Skripal, du nom de cet ex-agent double, exilé en Angleterre, et qui a survécu à une tentative d’empoisonnement. Selon le journal britannique The Telegraph, cité par la presse dominicale, les deux principaux suspects, des officiers des services secrets militaires russes, se seraient rendus au moins six fois en Suisse durant les mois précédant l’attaque au gaz Novitchok. De quoi attiser la curiosité du Service de renseignement de la Confédération, dont l’une des missions est précisément de détecter les activités des agents secrets étrangers.

Lire aussi: Londres démuni malgré les preuves accablantes de l’implication russe

Le 5 septembre, l’affaire a pris une nouvelle tournure avec la déclaration de la première ministre britannique, Theresa May. Cette dernière a explicitement accusé le renseignement militaire russe (GRU) d’avoir voulu éliminer Sergueï Skripal en enduisant la poignée de sa porte d’un gaz neurotoxique. Les noms, ou plutôt les identités d’emprunt figurant sur les passeports de deux suspects, ont également été révélés à cette occasion. Alexander Petrov et Ruslan Boshirov, que Londres tient pour des officiers des services secrets impliqués.

De nombreux voyages

Ce même 5 septembre, la police et le parquet britannique ont détaillé les mouvements des deux suspects, partis de Moscou et arrivés à Londres le vendredi 2 mars. Après avoir opéré des reconnaissances à Salisbury, dans le sud-ouest du pays où habitait Sergueï Skripal (lui aussi un ancien du GRU, condamné à Moscou pour espionnage au profit de la Grande-Bretagne et exilé lors d’un échange de prisonniers), ils seraient retournés sur place le 4 mars 2018 pour appliquer le poison avant de reprendre l’avion le même soir. L’ex-agent double et sa fille, hospitalisés durant plusieurs semaines, ont finalement survécu.

Selon la presse britannique, citée par Le Matin Dimanche, l’enquête minutieuse menée par Scotland Yard aurait révélé que l’un des suspects se trouvait à Genève un peu moins d’un mois avant la tentative d’assassinat. Plus troublant encore, les deux hommes auraient effectué plusieurs séjours en Suisse entre novembre 2017 et février 2018. Leur réservation se retrouve sur neuf vols différents à destination ou en provenance de Genève. La raison de cette présence, parfois simultanée sur les bords du Léman, reste à éclaircir. Ces séjours auraient pu servir à préparer l’opération criminelle.

La Grande-Bretagne a renoncé à demander à Moscou, qui conteste toute implication, de lui livrer les suspects, la Russie n’extradant pas ses ressortissants. Des mandats d’arrêt européens ont été émis contre les deux hommes.

Lire aussi: Affaire Skripal: Washington impose des sanctions contre Moscou

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a