Un nombre record d’oies sauvages, de cygnes et de buses pattues séjourne ce moment en Suisse. Du jamais vu depuis 25 ans, signale jeudi la Station ornithologique de Sempach (LU). Ces oiseaux ont migré, poussés par l’arrivée précoce de l’hiver en Europe du Nord.

Ces volatiles se faisaient rares en Suisse depuis des années. Ils restaient dans les pays nordiques ou d’Europe centrale, car en raison des hivers doux, maints plans d’eaux et une partie de la mer Baltique ne gelaient pas. Les oies et d’autres oiseaux aquatiques y trouvaient donc les conditions suffisantes pour subsister durant l’hiver.

En novembre et décembre derniers, des vagues de froid ont sévi sur ces régions, obligeant ces oiseaux à fuir en grand nombre. Beaucoup sont arrivés en Suisse pour y reprendre des forces.

Situé entre les lacs de Neuchâtel, Bienne et Morat, le Grand Marais héberge ces jours cinq espèces d’oies, des cygnes chanteurs ainsi qu’une rareté: une bernache cravant. La Station ornithologique a même observé pour la première fois en Suisse une oie à bec court. Cet oiseau niche ordinairement seulement dans l’est du Groenland, en Islande et au Spitzberg.

Des rapaces des régions nordiques ont aussi été remarqués, tels la buse pattue et le busard Saint-Martin. Plusieurs ont été vus par exemple dans la plaine de la Broye ou en Bas-Valais.