Protestations

Affrontements dans les rues de Bâle

Plusieurs mouvements aux revendications différentes défilent samedi dans la ville rhénane. Des heurts ont eu lieu avec la police

Extrême droite, extrême gauche, employés de Novartis et militants homosexuels défilent aux quatre coins de Bâle samedi. Un important déploiement policier a été mis en place, d'autant plus que l'extrême gauche a tenté d'empêcher le rassemblement d'extrême droite.

Vers 13 heures, une trentaine de sympathisants de l'extrême droite se sont rassemblés à la Messeplatz pour signifier leur opposition au Pacte de l'ONU sur les migrations. Des membres du Parti des Suisses nationalistes (PSN) étaient attendus.

Lire aussi: Pacte migratoire de l'ONU: la volte-face du Conseil fédéral

Quelque 300 militants d'extrême gauche étaient également présents sur place. Ils avaient appelé sur internet à une «rencontre» avec les mouvements d'extrême droite en se rendant à l'endroit où devait se dérouler leur manifestation. Ils comptaient ainsi empêcher cette dernière. Après les provocations des milieux d'extrême gauche, la police a séparé les deux groupes.

Une vingtaine de proches de l'extrême droite ont rejoint la manifestation environ une heure plus tard. Le rassemblement s'était dans l'intervalle déplacé dans une rue secondaire.

Dans l'après-midi, des affrontements ont eu lieu devant la gare badoise entre une centaine de sympathisants d'extrême gauche et la police. Les manifestants ont lancé des bouteilles de bière et des palissades de chantier sur les forces de l'ordre, a constaté un journaliste de Keystone-ATS. Ces dernières ont riposté avec des balles en caoutchouc.

Une contre-manifestation, annoncée par les jeunesses socialistes, devait se tenir à environ un kilomètre de là en fin d'après-midi. Le PS, les Verts et BastA!, ainsi que des partis bourgeois comme le PLR et le PDC ont annoncé en début de semaine à se joindre à eux. Cette contre-manifestation se déroulera sous la bannière «Bâle reste colorée».

Les forces de l'ordre sont présentes dans les rues de la capitale rhénane, a indiqué à Keystone-ATS le Département de la justice et de la sécurité de Bâle-Ville. Elles seront renforcées par des consoeurs de plusieurs cantons.

Contre les suppressions d'emplois chez Novartis

En outre, les employés de Novartis, ainsi que les syndicats, dont les délégués d'Unia en réunion dans la cité rhénane, devaient protester contre les suppressions d'emplois prévues par le groupe pharmaceutique. La multinationale bâloise a annoncé en septembre qu'il supprimerait plus de 2000 emplois en Suisse au cours des quatre prochaines années.

Les autorités bâloises ont également approuvé un rassemblement contre l'initiative d'autodétermination qui sera soumise au vote dimanche. Un collectif engagé dans la défense des droits des personnes homosexuelles, bisexuelles, transsexuelles et intersexuelles descendra également dans la rue.

Enfin, le traditionnel «Basel City Run» se déroule ce samedi. Plus de 8500 coureurs se sont inscrits.

Publicité