Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
De nombreuses personnes ont manifesté à Genève le jeudi 9 août au lendemain de l'agression des cinq jeunes femmes.
© Jean-Christophe Bott/KEYSTONE

justice

Les agresseurs de cinq jeunes femmes à Genève ont été identifiés

La majorité des auteurs présumés de l’agression qui a eu lieu mercredi passé à Genève ont été identifiés, il s’agit de ressortissants français domiciliés en France voisine. Le Ministère public genevois a donc décidé de déléguer la procédure à la France

Les auteurs présumés ont été identifiés grâce à une enquête approfondie menée par la brigade criminelle de la police judiciaire genevoise, sous la conduite du Ministère public, a indiqué ce dernier mardi. Il a demandé à l’Office fédéral de la justice de déléguer la procédure en France en raison de la nationalité des prévenus identifiés, qui fait obstacle à leur extradition en Suisse.

Il appartient à présent aux autorités françaises, en l’occurrence la juge d’instruction saisie de l’affaire, de conduire la procédure, avec l’appui de la brigade criminelle et du Ministère public. Celui-ci ne fera aucune communication supplémentaire tant que les auteurs présumés n’auront pas été appréhendés, précise-t-il.

Grièvement blessées

Cinq femmes, nées entre 1985 et 1996, ont été agressées par un groupe d’hommes sur la voie publique, peu après 5 heures du matin à la sortie d’une boîte de nuit. Deux d’entre elles ont reçu de violents coups à la tête et ont été grièvement blessées. Une se trouve encore dans le coma.

Un demi-millier de personnes, choquées par cet événement, ont exigé dimanche en fin d’après-midi à Lausanne, Berne, Bâle et Zurich la fin des violences faites aux femmes. Dans la capitale vaudoise, une centaine d’entre elles ont manifesté leur indignation.

Dossier
Harcèlement et agression sexuels, la loi du silence

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a