Trois ans et demi après les faits, les deux Genevois Théo et Bastien sont relaxés. Ils étaient poursuivis en France pour «aide à l’entrée d’étrangers en situation irrégulière». Ce jeudi 9 septembre, la Cour d’appel de Grenoble a prononcé une relaxe générale en faveur de ceux que leurs soutiens ont surnommés les «3+4 de Briançon», parmi lesquels les deux jeunes Suisses.