Dans la campagne de votation sur l’aide aux médias, les accusations de fake news foisonnent. Les deux camps se les jettent à la figure pour mieux désarçonner l’adversaire. Les partisans du projet montrent le héros national, Guillaume Tell, s’employant à abattre un mur de fake news. De leur côté, les référendaires attaquent les «millionnaires zurichois des médias» qui seraient selon eux les premiers à profiter de cette aide. Qui croire? Le Temps passe sous la loupe les arguments des deux parties.