On pouvait craindre le pire à cause de la pandémie, mais le rapport 2020 de l’Initiative des villes pour la politique sociale, présenté ce mardi à Berne, s’est révélé moins alarmiste que prévu. Malgré une augmentation de 0,5% des demandes, les villes ont réussi leur mission, tout en devant s’adapter aux besoins de leur population. En revanche, si la crise n’a pas noyé les cités face aux demandes d’aides sociales, plusieurs lacunes ont pu être constatées. La conseillère municipale lausannoise en charge des sports et de la cohésion sociale Emilie Moeschler, représentante des villes romandes lors de cette présentation, revient sur ce rapport en y évoquant les thématiques principales.