Connu dans tout le canton, Albert Bachmann se présente comme indépendant. Syndic d’Estavayer-le-Lac depuis 12 ans, il a démissionné du Parti libéral-radical (PLR) et du Grand Conseil à fin septembre. Son parti a écarté sa candidature en janvier.

Il dit soutenir le candidat PLR Maurice Ropraz, le préfet de la Gruyère. Mais il reste amer: «Le soir de la désignation, les dés étaient joués», estime-t-il.

«Donner un choix de plus»

Président de la puissante Association des communes fribourgeoises (ACF) depuis 5 ans, il a été l’un des poids lourds du parlement cantonal durant 10 ans. Avec le soutien des petites communes, de la Broye en général et d’une frange de son ancien parti, ce maître-agriculteur pourra glaner de nombreuses voix. Mais son élection restera très difficile.

Il se présente «pour donner un choix de plus au peuple et pour la représentativité des régions, car il n’y a pas d’autre candidat de la Broye et un seul du Nord du canton». Sa nouvelle indépendance sera une force selon lui: «Je n’aurai plus aucune contrainte politique. Cela m’avait dérangé quelques fois au Grand Conseil. Je pourrai naviguer clairement pour le besoin de la citoyenne et du citoyen.»

«J’ai une sensibilité du centre, je ne renie pas mes origines», ajoute-t-il. Il dit vouloir mettre l’accent sur la santé, les personnes âgées (dans le cadre du programme cantonal Senior +), les entreprises et la mobilité «qui doit être améliorée dans le canton».

Il a aussi été très actif dans le dossier de la péréquation entre les communes. La nouvelle donne avait été acceptée par la population en 2010. Toutes les communes reçoivent désormais de l’argent, contrairement à certains projets. «Il a fallu se battre pour trouver un consensus.»