Le moment était attendu. En fonction depuis le 1er janvier, Albert Rösti rencontrait la branche électrique ce mercredi pour la première fois dans son nouveau costume de conseiller fédéral. Membre de l’UDC, parti très critique à l’égard de la Stratégie énergétique 2050, le ministre de l’Energie et de l’Environnement s’est fondu dans la collégialité gouvernementale et a fait part d’une volonté claire lors de ce Congrès: s’engager «à fond» pour augmenter la production d’électricité renouvelable en Suisse (solaire, hydraulique, éolien), afin de décarboner l’énergie et de tenir l’objectif climatique de 1,5 degré supplémentaire. «Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons surmonter la crise énergétique», a-t-il souligné en référence aux craintes pesant sur l’approvisionnement, avec un entrain non dissimulé.