Les adultes peuvent choisir entre des franchises à option à 500, 1000, 1500, 2000 et 2500 francs. Ces montants s’accompagnent d’un rabais de prime, censé compenser le fait que l’assuré participe davantage à ses frais médicaux quand il opte pour une franchise supérieure à celle de base et qu’il tombe malade.

Une autre possibilité est de s’affilier à un collectif médical (HMO) ou au système du médecin de famille. Plusieurs caisses offrent en outre des modèles posant comme condition préalable une consultation par téléphone avant chaque visite médicale.

Les assurés peuvent aussi contracter une assurance avec bonus, qui leur permet de réduire les primes progressivement chaque année s’ils ne demandent aucun remboursement. Avec cette alternative, plus chère au départ, le rabais peut atteindre 50% de la prime initiale au bout de cinq ans.

Eviter les doublons

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) met par ailleurs en garde contre les doublons de couverture. Ainsi, une personne est en principe assurée contre les accidents dès lors qu’elle est salariée plus de huit heures par semaine. L’assurance maladie peut être suspendue pendant une période de service militaire ou civil ou de protection civile dépassant 60 jours consécutifs.

Il peut être utile de comparer les prestations couvertes par une assurance maladie complémentaire par rapport à celles couvertes par l’assurance obligatoire. La prudence impose toutefois de ne pas résilier une assurance complémentaire sans être sûr d’être admis auprès d’un autre assureur. Des prestations comme les rapatriements sanitaires sont souvent assurés, à certaines conditions, par les cartes de crédit.

Enfin, en payant ses primes par semestre ou par an au lieu de chaque mois, les assurés peuvent alléger un peu leur budget. Le potentiel d’économies est de l’ordre de 1% pour les versements semestriels et de 2% au maximum pour un paiement annuel.

Sites en ligne

Il existe quelques sites permettant de trouver la caisse maladie la moins chère – dont Comparis.ch et Bonus.ch – mais qui ne proposent pas forcément l’offre correspondante. Les comparateurs en ligne aident les caisses maladie dans leur chasse aux «bons risques» et reçoivent même de l’argent en retour.

L’OFSP a mis en place son calculateur en ligne à l’adresse «www.priminfo.ch». Les assurés peuvent s’y renseigner et comparer les diverses offres des assurances maladie.