Il incarnait la politique consensuelle chère au PDC, dont il fut le président de 1994 à 1997. Anton Cottier s'est éteint vendredi à 62 ans des suites d'un cancer. La nouvelle a été annoncée au Grand Conseil fribourgeois, qui a rendu hommage à cette figure emblématique du parti.

Originaire de Bellegarde (Jaun), unique commune germanophone de la Gruyère francophone, Anton Cottier fut tôt sensibilisé aux questions des équilibres et des minorités. Au Conseil des Etats, où il représenta son canton de 1987 à 2003, il avait choisi de s'exprimer alternativement en français et en allemand. Européen convaincu, il s'était engagé avec détermination en faveur de l'EEE, pourtant refusé par le peuple en 1992.

Après Carlo Schmid

Né le 4 décembre 1943, Anton Cottier a fait des études de droit à l'Université de Fribourg. Entré au PDC à l'âge de 30 ans, il fut député au Grand Conseil de 1976 à 1987 et membre de l'exécutif de la Ville de Fribourg de 1982 à 1991.

Apprécié dans de larges cercles pour son amabilité, Anton Cottier fut l'homme providentiel du PDC suisse lorsqu'il a fallu trouver un successeur à Carlo Schmid. C'était en 1994. L'Appenzellois venait d'abandonner la présidence du parti à peine deux ans après avoir endossé cette charge. Après le bouillonnant sénateur de Suisse orientale, le parti avait besoin d'une personnalité plus ronde, capable d'intégrer les différents courants du parti. On se tourna vers Anton Cottier pour reprendre les rênes du parti. Mais le Fribourgeois ne resta pas non plus très longtemps à la tête du PDC, à peine trois ans. Il fut ensuite remplacé par l'Obwaldien Adalbert Durrer.

Anton Cottier connut une seconde heure de gloire, puisqu'il eut l'honneur de présider le Conseil des Etats en 2002 avant de se retirer à la veille des élections fédérales de 2003.