TERRORISME

André Marty: «Il n’y a pas de lien entre les arrestations d’Aubonne et de Meyrin»

Le Ministère public de la Confédération veut éviter l’alarmisme. Les quatre personnes récemment arrêtées en Suisse romande ne font vraisemblablement pas partie d’un même réseau

Après l’arrestation d’un homme à Meyrin (GE) il y a deux semaines, trois personnes ont été interpellées à Aubonne (VD) vendredi et samedi derniers pour soupçon de soutien, respectivement de participation à une organisation criminelle au sens de l’article 260ter du Code pénal, comme l’a révélé le quotidien 20 minutes. Hasard ou coup de filet coordonné? Le chef de l’information du Ministère public de la Confédération (MPC), André Marty, met les choses au point.

Le Temps: Y a-t-il un lien entre l’arrestation de Meyrin et celles d’Aubonne? Doit-on parler de réseau terroriste en Suisse romande?

André Marty: Il n’y a pas de lien à notre connaissance. C’est vraiment un hasard si on a pu arrêter ces quatre personnes coup sur coup. Ce serait donc une exagération totale de parler du démantèlement d’un réseau terroriste en Suisse romande. Sur la base des enquêtes en cours au sein du MPC, nous notons des contacts entre plusieurs personnes visées par celles-ci. Mais l’on ne peut pas parler de réseau, au sens d’une préparation commune d’un acte criminel.

– Deux personnes ont été arrêtées de manière spectaculaire sur un parking commercial d’Aubonne. Et la troisième? Quel est leur lien?

– Nous avons arrêté une première personne vendredi dernier. Puis nous avons noté lors des vérifications que deux autres personnes se trouvaient en contact avec la première et pouvaient elles aussi représenter un danger immédiat. Nous essayons maintenant d’établir un lien précis entre elles. Ces trois personnes se trouvent en détention provisoire.

– Peut-on affirmer que ces arrestations ont permis d’éviter un attentat?

– Nos collègues du canton de Vaud ont réuni des éléments de preuve qui tendent à prouver qu’un danger imminent n’était pas exclu. Il s’agit maintenant de procéder aux vérifications.

– Ces arrestations rapprochées montrent-elles une volonté politique du MPC de frapper encore plus fort contre le terrorisme?

– Nous avons une soixantaine de procédures ouvertes en matière de lutte antiterroriste, avec une légère tendance à la hausse. Mais la plupart de ces procédures concernent de la propagande sur Internet. Sur la base des enquêtes en cours, rien ne justifie l’alarmisme, mais il faut rester vigilants. Nous suivons une ligne tolérance zéro. En cas de doute, la protection de la population prime.

– Les personnes arrêtées à Aubonne sont-elles membres d’une même famille? Quelle est leur origine?

– Nous ne nous prononçons pas à ce stade. Si nous parvenons à établir un acte d’accusation, cela sera rendu public.

–  Ces personnes ont-elles un lien avec la France ou un autre pays? Une collaboration avec des autorités étrangères a-t-elle permis leur arrestation?

– Dans la lutte contre le terrorisme, il est impératif d’avoir un contact étroit non seulement entre les cantons et la Confédération, mais aussi entre la Confédération et les autres pays. Dans le cas concret, un lien avec l’étranger reste à établir.


Lire également:

Publicité