Pour sa dernière année à la tête des CFF, Andreas Meyer présente un bilan en demi-teinte. L’année écoulée aura été marquée par une forte croissance de la demande: 1,3 million de voyageurs ont été transportés en moyenne quotidienne, ce qui représente une hausse de 6%. Et la numérisation de l’entreprise, qui est l’un des points centraux – mais critiqué par les syndicats et une partie des usagers – de la stratégie du groupe, s’est poursuivie au point que plus de la moitié des 124 millions de billets vendus l’an dernier, en progression de 15%, l’ont été par les canaux numériques. Mais le millésime 2019, le dernier entièrement piloté par Andreas Meyer, laissera aussi quelques empreintes moins roses.

Lire aussi: Andreas Meyer: «Pour les CFF, c’est le bon moment de changer de CEO»