Transports

Comment Andreas Meyer s'est coupé des cheminots

Ces dernières années, l'insatisfaction s'est accrue au sein du personnel des CFF, qui, comme le dit l'entreprise elle-même, en est le «visage». «Le Temps» a mené l'enquête pour comprendre les raisons de cette détérioration

«Les collaborateurs ont le sentiment qu’Andreas Meyer n’est plus avec eux.» Cette sentence prononcée par le secrétaire syndical René Zürcher, du Syndicat du personnel des transports (SEV), reflète l’état d’esprit qui règne au sein des CFF depuis quelques années. Programme d’économies RailFit 20/30, réorganisation de la présence et du rôle des contrôleurs à bord des trains, engagement de temporaires, redéfinition des profils professionnels, réduction des indemnités versées aux employés affectés au nettoyage, toutes ces réformes ont creusé un fossé entre la direction et une partie du personnel.

Lire aussi: Les chantiers qu’Andreas Meyer laisse ouverts aux CFF