Directement visée par les manifestations dénonçant la prise en charge insuffisante des mineurs non accompagnés (MNA), la conseillère d’Etat Anne Emery-Torracinta, responsable du Département de l’instruction publique genevoise, répond aux critiques. Alors qu’un nouveau lieu d’hébergement est prévu pour cet automne, elle rappelle qu’une délégation du gouvernement planche sur une solution depuis le début de l’année, bien avant que le collectif Lutte des MNA ne se mobilise sur la scène publique.

Lire aussi: A Genève, une association s'inquiète du sort des migrants mineurs