Genève

Anne Emery-Torracinta suspend sa secrétaire générale

En raison d’un conflit d’intérêts, la secrétaire générale du Département de l’instruction publique du canton de Genève est provisoirement suspendue. Le contrat compromettant a été contresigné par la conseillère d’Etat elle-même

La secrétaire générale du Département de l’instruction publique (DIP), Marie-Claude Sawerschel, est suspendue. Une décision prise samedi par la cheffe du DIP, Anne Emery-Torracinta, a appris la Tribune de Genève, qui révélait la nouvelle samedi après-midi. L’octroi d’un mandat au compagnon de la responsable de l’administration pose la question d’un conflit d’intérêts.

«La conseillère d’Etat a pris connaissance de différents éléments laissant penser à une non-conformité, concernant un contrat de mandat. Elle l’a immédiatement résilié, confirme au quotidien genevois le porte-parole du DIP, Pierre-Antoine Preti. Etant donné les circonstances, la conseillère d’Etat a décidé de suspendre provisoirement la fonctionnaire concernée pour faire la lumière sur les faits.»

Lire à ce sujet: Anne Emery-Torracinta, «Je veux lever toute suspicion de partialité»

Le mandat portait sur l’enseignement de l’informatique au gymnase dans le canton de Genève d’un montant de 50 000 francs, versés en cinq fois entre le 30 avril et le 31 décembre 2018. Il est adressé au professeur de lettres et d’informatique à la retraite, compagnon de la secrétaire générale, et à sa société.

Mais ce n’est pas la secrétaire générale qui a signé ce contrat, c’est la conseillère d’Etat elle-même, révélait samedi soir la RTS. La conseillère d’Etat pouvait-elle ignorer la relation entre sa secrétaire générale et son compagnon? «C’est peu vraisemblable, répond la RTS, cette relation était apparemment bien connue au sein de l’administration du Département de l’instruction publique. Une première version du contrat, signée uniquement par la secrétaire générale, aurait été refusée par la tête des finances du DIP en raison du conflit d’intérêts vraisemblable. Anne Emery-Torracinta aurait alors accepté de contresigner elle-même ce document, une pratique rarissime dans l’administration genevoise.»

Publicité