Une campagne électorale, cela se passe parfois à l’extérieur du canton dans lequel on est candidat. Anne Froidevaux, qui figure sur la liste démocrate-chrétienne du canton du Jura pour le Conseil national, est allée rencontrer ses électeurs potentiels à… Avenches, dans le canton de Vaud. C’était le week-end du Jeûne fédéral. Dans le cadre du festival Equus helveticus, organisé à l’Institut équestre national d’Avenches (IENA) et au Haras national du 7 au 15 septembre, s’est déroulé le National FM, rendez-vous incontournable et important lieu d’échange des éleveurs de chevaux suisses.

Les compétitions sont variées: plus de 20 épreuves de saut, dressage, gymkhana, débardage, traction et attelage permettent aux fiers destriers et à leurs propriétaires de se mesurer les uns aux autres. «C’est, avec le Marché-concours de Saignelégier, l’un des grands événements de l’année pour l’élevage de la race des Franches-Montagnes. Les meilleurs chevaux y participent. C’est la grande finale et la dernière compétition avant l’hiver, hormis quelques épreuves amicales», résume la candidate démocrate-chrétienne.

Je vais là où j’ai l’habitude d’aller, c’est mon style de campagne. Les éleveurs sont très pris, ils courent d’une épreuve à l’autre

Anne Froidevaux

«Mon cheval manquait d’entraînement»

Issue d’une famille d’éleveurs – ses cinq frères et sœurs le sont aussi –, elle s’y rend tous les ans. Elle n’a pas dérogé à cette habitude cette année, même si elle est en croisade électorale. «Je vais là où j’ai l’habitude d’aller, c’est mon style de campagne», confie-t-elle. Cela tombe bien, car les Jurassiens du monde de l’élevage sont nombreux à faire le déplacement d’Avenches à cette occasion. «On y croise des gens qu’on rencontre toute l’année. Les éleveurs sont très pris, ils courent d’une épreuve à l’autre, mais on peut quand même procéder à de brefs échanges avec eux et glisser quelques petits commentaires politiques», poursuit-elle. Par exemple pour promouvoir la consommation de proximité, un sujet qui lui est cher.

Lire aussi: Sœur Anne en campagne au pays du gros Louis

Ses obligations politiques ainsi que son travail de secrétaire générale et responsable des RH de la clinique de réadaptation du Noirmont l’ont cependant empêchée d’entraîner ses chevaux comme elle l’aurait souhaité. Elle en possède deux: Evidence, une jument de 9 ans qui a d’abord fait des épreuves d’attelage avant de passer au dressage, et Colorado, un hongre de 11 ans. «J’avais prévu d’inscrire Colorado au derby du dimanche, mais j’ai dû renoncer car il manquait d’entraînement. J’aimerais lui faire faire des activités plus régulières», regrette-t-elle. «Je suis donc venue à Avenches en spectatrice et en éleveuse.» Et en candidate.