Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La conseillère d’Etat démissionnaire Anne-Catherine Lyon se rendra-t-elle au congrès PS?
© Cyril Zingaro / Keystone

Vaud

Anne-Catherine Lyon sera-t-elle au congrès socialiste?

Premier rendez-vous des élections cantonales de 2017, le congrès socialiste se tient mardi soir à Lausanne. La conseillère d’Etat démissionnaire Anne-Catherine Lyon s’y rendra-t-elle? La question est sur toutes les lèvres

Chacun ses rendez-vous politiques. Les Américains suivent cette nuit le premier débat Trump-Clinton, les yeux rivés sur leur poste de télévision. Les Français ont noté la date du 20 novembre dans leur agenda, jour de la primaire Républicaine. Les Socialistes vaudois attendent avec une ferveur comparable la soirée du 27 septembre 2016. Mardi soir à 20h dans la capitale vaudoise se tient un congrès socialiste aux répercussions très attendues.

Les quelque 300 délégués des sections régionales et élus vaudois des différents niveaux politiques voteront à bulletins secrets les dérogations à accorder aux élus cantonaux arrivant au bout de leur troisième mandat et souhaitant se représenter aux élections de 2017. Pour passer la rampe, les statuts du parti socialiste vaudois exigent une majorité qualifiée des deux tiers des votes, soit plus de deux cents voix.

Seront soumis au scrutin le conseiller d’Etat Pierre-Yves Maillard, élu à l’exécutif cantonal en 2004 et les trois députés Fabienne Cantone, Nicolas Mattenberger et Roxanne Meyer Keller, élus en 2002 au Grand Conseil.

Hommage de Pierre-Yves Maillard

Désormais rayée des élections cantonales de 2017, Anne-Catherine Lyon se rendra-t-elle tout de même ce soir au congrès afin de récolter les hommages que tient à lui faire son parti? Il n’y a rien de moins sûr. La principale intéressée reste muette, sa collaboratrice personnelle Anne Papilloud répond que «la question reste ouverte». Ses collègues Nuria Gorrite et Pierre-Yves Maillard n’en savent rien. Nuria Gorrite n’a pas prévu de prendre la parole. Arrivée au Conseil d’Etat en 2012, elle n’est pas concernée par une dérogation. Mais Pierre-Yves Maillard rendra hommage à sa «camarade» aux côtés de laquelle il vient de passer douze ans. «Qu’elle soit là ou non, je lui adresserai des mots», dit-il au «Temps».

Les détails de la chute de la ministre se précisent. Le comité directeur du parti s’est réuni le 21 septembre pour préaviser sur les demandes de dérogation. Ses décisions devaient rester secrètes jusqu’au congrès. Mais après s’être prononcé en défaveur d’Anne-Catherine Lyon à l’unanimité moins deux abstentions, il demande au secrétaire et président du parti de prendre contact avec la ministre en charge de la formation pour lui demander de retirer sa demande de sursis avant le congrès. C’est ce qu’elle fera le lendemain dans une lettre, abandonnant le poste qu’elle tenait depuis quatorze ans.

Le comité directeur a dès lors rendu ses votes publics. On apprenait son préavis favorable pour Pierre-Yves Maillard, seules une opposition et une abstention ont été enregistrées.

Aux prochaines élections, qui seront fédérales, le conseiller national Roger Nordmann sera le seul à devoir demander une dérogation s’il souhaite continuer son mandat. «Nos statuts prévoient un maximum de trois mandats au niveau cantonal et de quatre mandats au niveau fédéral», explique Stéphane Montangero, président du parti socialiste vaudois. «Ceci s’explique par les législatures qui sont de quatre ans sous la coupole bernoise, contre cinq ans au canton. Nous avions envisagé de limiter à quinze ans environ le temps du pouvoir.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a