Elle est la surprise des cinq dernières années. Jusqu’en 2006, Anne-Claude Demierre était libraire. Beaucoup considéraient alors qu’elle n’était pas préparée à une fonction gouvernementale. Elle leur a donné tort. Même ses opposants politiques reconnaissent qu’elle est parvenue à faire sa place.

Elle et son collègue Erwin Jutzet restent minoritaires dans un gouvernement où la droite occupe cinq sièges sur sept. Mais Anne-Claude Demierre peut compter sur un soutien quasi unanime de la gauche et devrait être réélue. Au deuxième tour très probablement. Née en 1961, elle est à la tête de la Santé et des Affaires sociales.

En danger à cause de la maternité

Elle a fait la une de l’actualité fribourgeoise ces derniers mois dans le dossier de la maternité de l’hôpital cantonal. Après la démission de deux médecins-cheffes, le service risquait de se retrouver en sous-effectif.

Anne-Claude Demierre a alors annoncé en août que la maternité devrait peut-être fermer. Un destin finalement évité grâce à l’engagement rapide de plusieurs médecins. Mais la communication a semblé maladroite.

L’annonce n’avait pas été critiquée par ses adversaires politiques qui reconnaissent qu’il en allait de la sécurité des patientes. Aurait-il fallu que le problème soit traité en amont? «Il ne faut pas comprendre que l’ambiance était délétère, mais seulement que les médecins-cheffes voulaient une seule maternité dans le canton. Le dossier était complexe. Je prendrais la même décision aujourd’hui.»

Interdiction de la fumée

Dans le domaine hospitalier, elle a su mettre en place le réseau HFR: une direction unique pour six sites et deux cliniques. Pour y arriver, Fribourg a eu besoin de plusieurs planifications hospitalières depuis les années 1990. Le dossier reste encore difficile.

Anne-Claude Demierre est parvenue à convaincre les Fribourgeois d’interdire la fumée dans les établissements publics. Le projet a réuni 63.3% des suffrages en 2008. Elle a aussi concrétisé la loi sur les structures d’accueil. Idem pour les allocations-maternité cantonales qui permettent à toutes les mères de recevoir une aide financière.

A l’avenir, elle devra faire face au nouveau financement hospitalier qui se met en place au niveau fédéral. Deux dossiers devront être mis sur la table: les prestations complémentaires aux familles pauvres et la loi sur le handicap.