Ils sont une cinquantaine, avec pancartes et slogans, face aux grilles de la préfecture et aux fourgons de police. Soixante CRS (compagnie républicaine de sécurité) sont venus de Lyon pour assurer la sécurité d’Olivier Véran, le ministre de la Santé, en visite à Annecy. Deux jours après l’intrusion de manifestants dans l’enceinte de la préfecture, de gros moyens ont été déployés pour prévenir tout nouveau débordement. C’était le 14 juillet, Fête nationale en France. Environ mille personnes ont marché sur Le Pâquier, esplanade centrale au bord du lac. Rassemblement non déclaré auprès des autorités. Des anti-vaccins, des anti-masques, des covido-septiques, des gilets jaunes, des indépendantistes savoisiens, des membres du collectif La Manif pour tous (opposés au mariage homosexuel), des militants d’extrême droite et de la France insoumise (très à gauche), des blouses blanches, des citoyens ordinaires.

Lire aussi: En France, Macron lance la traque aux non-vaccinés