La ville d'Annecy a lancé hier sa candidature de ville française requérante à l'organisation des Jeux olympiques d'hiver 2018, parmi lesquelles on trouve aussi Grenoble, Nice et Pelvoux (Hautes-Alpes). Ces quatre villes remettront leur dossier le 21 janvier 2009 au Comité régional olympique et sportif français qui, le 18 mars 2009, donnera le nom de celle qui portera les espoirs de la France. La cité élue sera ensuite présentée au Comité international olympique qui doit désigner en 2011 la ville hôte.

Trois pôles principaux

Jean-Luc Rigaut, le maire d'Annecy, a rendu publics les sites de compétition choisis. Ceux-ci ont été répartis en trois pôles principaux: Annecy-Aravis, le massif du Mont-Blanc et les Portes du Soleil, situées au maximum à une heure de trajet d'Annecy, à l'exception de la piste de bobsleigh de La Plagne. Chamonix et Morzine-Avoriaz devraient accueillir les compétitions de ski alpin, la Clusaz le ski de fond, le saut et le ski nordique, et le Grand Bornand le biathlon. Flaine recevra le surf des neiges, Annecy les compétitions de patinage, la plaine de Mont-Blanc, Megève et Chamonix le hockey, tandis que le curling devrait être organisé à Saint-Gervais-les-Bains.

Christian Monteil, le président du conseil général de Haute-Savoie, a souligné «que 80% des sites étaient déjà existants». Font pour l'heure défaut deux patinoires, un anneau de vitesse ainsi que le tremplin. Preuve que c'est toute une région qui semble se mobiliser autour de la candidature d'Annecy, les personnalités présentes étaient nombreuses. Avaient fait notamment le déplacement Bernard Accoyer, le président de l'Assemblée nationale et député-maire d'Annecy-le-Vieux, le célèbre chef cuisinier Marc Veyrat et le champion olympique de ski Antoine Deneriaz. Bernard Accoyer, l'un des plus enthousiastes, a déclaré sa flamme aux Jeux «dont l'impact local sera énorme». «Je m'engage car on manque d'infrastructures et je pense que les Jeux peuvent nous faire avancer sur beaucoup de dossiers», a-t-il commenté. Les élus haut-savoyards ont par ailleurs salué l'ouverture à la mi-décembre de l'autoroute A41 nord qui mettra Genève à une demi-heure d'Annecy.