Une crise n’advient jamais au bon moment. Pour Genève, il faut toutefois admettre que la pandémie de SARS-CoV-2 est particulièrement mal tombée. Le canton a voté deux réformes fort coûteuses (la fiscalité des entreprises et le renflouement de la caisse de pension des fonctionnaires) dont les effets concrets devaient se faire sentir dès l’exercice budgétaire 2021. Dans le canton le plus endetté du pays, le virus a fait passer le déficit d’abyssal à historique. Les finances vont plonger dans le rouge sang pour des années. Comment le Conseil d’Etat compte-t-il s’y prendre? Antonio Hodgers, son président, dévoile la stratégie gouvernementale, avant la présentation du budget du 17 septembre.

Le Temps: Le déficit 2021 prévu avant la pandémie était de 864 millions de francs. Il doit maintenant friser le milliard, non?