«Pour défendre notre foi et la liberté de culte, nous devons fonder un parti islamique en Suisse», déclare le président de la Ligue musulmane fondée en 2005 et basée à Lugano. «L’heure est venue de défendre nos droits, les droits d’une minorité qui sont bafoués», estime-t-il.

«Le peuple suisse a été trompé et a eu peur, mais cette votation a aussi souligné le déclin de la démocratie et a créé une rupture entre la Suisse et le monde musulman», assure M. Slaheddine. Foi islamique menacée

Le responsable est persuadé que le véritable objectif de l’initiative n’était pas les minarets, mais la foi islamique. Il demande donc à tous les fidèles, notamment à ceux qui en ont les moyens, de fonder un parti islamique.

Selon le président de la Ligue des Musulmans du Tessin, un tel parti pourrait lutter contre une augmentation des mesures anti- islamiques comme l’interdiction de la burqa, du tchador ou du simple voile. La Suisse risque désormais l’isolement international et sa classe politique n’a pas compris au devant de quoi elle allait avec cette votation, avertit-t-il.