Renversement de situation pour l’ex-agent de détention, accusé d’avoir profité de sa position de chef de l’atelier cuisine pour faire subir des actes sexuels à deux ressortissantes brésiliennes incarcérées à La Tuilière, près de Morges, et qui avait été acquitté en première instance au motif que les plaignantes l’avaient en gros bien cherché. La Cour d’appel pénale l’a reconnu coupable d’actes d’ordre sexuel avec des personnes détenues et l’a condamné à 2 ans de prison avec sursis, révèle le quotidien 24 heures. Le quinquagénaire, surnommé «Chefito», devra également verser 8000 francs de tort moral à chacune de ses victimes. Un recours au Tribunal fédéral est encore possible.