Toutes deux situées en Appenzell Rhodes-Extérieures, les communes de Gais et de Herisau ne sont distantes que de 20 petits kilomètres. L'UDC et le PRD les ont choisies pour tenir leurs assises trimestrielles samedi. Comme il n'y a pas d'élections cantonales en vue, rien ne prédestinait pourtant ce demi-canton verdoyant à recevoir autant d'honneurs nationaux le même jour. Alors?

Président du Parti radical, Gerold Bührer explique que la décision de se réunir à Herisau a été prise il y a déjà dix-huit mois. Parti majoritaire dans ce territoire protestant (les Rhodes-Intérieures, elles, sont un fief démocrate-chrétien), le PRD n'y avait encore jamais tenu ses assises nationales. Or, son secrétaire général Guido Schommer et sa vice-présidente Marianne Kleiner sont originaires de ce canton. Il s'agissait donc de leur rendre hommage.

De son côté, Jakob Freund, président de l'UDC des Rhodes-Extérieures, a précisé à l'Appenzeller Zeitung qu'il avait proposé le village de Gais pour «boucher un trou», car l'assemblée de samedi n'avait pas trouvé preneur auprès des autres sections cantonales. On relèvera cependant que les deux Appenzells sont des territoires que l'UDC cherche à conquérir. Sa présence samedi dans ce bastion radical n'est donc pas forcément le fruit du hasard…

On notera encore que, sous l'impulsion de son nouveau président, le PRD est en train de copier une formule déjà largement expérimentée par l'UDC pour le déroulement de ses assemblées: celle de la fête populaire. Samedi, comme les agrariens le font depuis de nombreuses années, le congrès radical a été agrémenté par de la musique folklorique. Au menu: le hackbrett et les instruments à cordes du quatuor féminin Appenzeller Frauestriichmusig.