L’école de ballet du Théâtre de Bâle va fermer sa division destinée à la formation professionnelle en raison des graves accusations d’abus sur des élèves. Elle ne se voit pas en mesure de se sortir de ses problèmes financiers dans la situation actuelle.

L’institution a demandé au département cantonal de l’éducation l’autorisation de fermer, à la fin de l’année scolaire en cours, la voie de formation menant au certificat fédéral de capacité (CFC). Elle a aussi prié le canton de l’aider financièrement dans ce cadre, indique mercredi le comité de l’école de ballet.

Difficultés de longue date et scandale

L’école fait face à des difficultés financières depuis longtemps. Elle étudie désormais la possibilité de poursuivre les activités de son secteur junior et loisirs.

Lire aussi: Le syndicat du spectacle romand lance une cellule pour lutter contre le harcèlement: «D’autres affaires sortiront»

Fin octobre, la NZZ am Sonntag et le site bâlois d’informations en ligne Bajour ont révélé que plus de 30 anciennes élèves ont évoqué des humiliations et des insultes régulières lors de répétitions. Elles font aussi état d’une pression excessive sur les performances qui ont eu pour conséquence des fractures de fatigue et des troubles alimentaires.

Lire aussi: La danse à l’heure de #MeToo

Accusations aussi à Zurich et à Berne

Le comité de l’école de ballet a mandaté une enquête indépendante et suspendu sa directrice. L’école bâloise est l’une des deux institutions en Suisse à proposer un apprentissage professionnel de danseuse et danseur de scène avec certificat fédéral de capacité. L’autre est l’Académie de danse de Zurich, qui a également été confrontée à des reproches similaires. La direction s’est depuis retirée et une enquête a été ouverte.

Le Ballet de Berne est aussi confronté à des accusations d’abus. Plusieurs médias ont rapporté que des harcèlements sexuels s’y sont produits l’année dernière. Un collaborateur du ballet a été licencié.

Lire aussi: Exclusif - A Genève, des danseuses de la compagnie Alias dénoncent des années d’abus sexuels