La Poste a bouclé l'exercice 2000 avec un bénéfice légèrement supérieur à 100 millions de francs. Son directeur général, Ulrich Gygi, a communiqué ce chiffre mercredi soir lors de l'entretien qu'il a eu avec le Conseil fédéral à la Maison de Watteville, a appris Le Temps. Ce résultat est sensiblement inférieur aux excédents de 259 et 167 millions réalisés en 1998 et en 1999. Il s'accompagne d'un free cash-flow négatif, ce qui constitue un mauvais signe dans la mesure où La Poste avait, pour la première fois, dégagé un free cash-flow positif (33 millions) en 1999. Le rendement du chiffre d'affaires est de 1,7%, alors que le patron de La Poste espère atteindre un taux de 5 à 8%.

Lors de la conférence de presse consacrée à la restructuration du réseau postal, Ulrich Gygi avait déjà laissé entrevoir que le résultat 2000 serait moins bon que celui des deux années précédentes. C'est désormais confirmé. Mercredi soir, il a présenté au gouvernement les perspectives de développement qui devraient permettre à La Poste d'améliorer sa situation financière. Selon le communiqué de la Chancellerie fédérale, il a mis l'accent sur «les mesures de réorganisation nécessaires» et les «secteurs commerciaux nouveaux et prometteurs». En clair, il réclame de la flexibilité dans l'aménagement du réseau des bureaux de poste et souhaite développer les services financiers (accès aux opérations de crédit, prestations de services pour des banques cantonales ou régionales) ainsi que des produits touristiques.