C’est un signal faible en passe de devenir un signal fort. Les jeunes activistes de la grève du climat ont certes pour la plupart déposé leurs bulletins électoraux dans l’urne. Les résultats connus, elles et ils se réjouissent prudemment de la poussée des formations écologistes, mais ne croient pas un instant en une «révolution verte».

Lire aussi: Comment convaincre les jeunes de s’engager en politique