Alors que le Conseil fédéral n’a encore aucune idée de la manière dont il entend relancer sa relation avec l’Union européenne après l’abandon de l’accord-cadre le 26 mai dernier, le professeur de l’EPF de Zurich Michael Ambühl et la post-doctorante Daniela Scherer présentent — dans la revue juridique Jusletter — un plan B dont certains éléments vont provoquer des remous: ils demandent au gouvernement de reprendre «rapidement» la main pour regagner la confiance de Bruxelles, puis de proposer à l’UE une nouvelle solution institutionnelle complétée par une contribution à l’aide à la cohésion multipliée par quatre. Elle s’élèverait ainsi à environ 5 milliards de francs sur dix ans.

Lire aussi: Après l’échec de l'accord-cadre, le plan secret de l’alliance économique Boussole/Europe